-

Non classé

1826. A Migné-Auxances (86440) , une Croix dans le Ciel..

Publié le

24 JUIN 2008

L’apparition de la Croix de Migné-Auxances

apparition

L’apparition miraculeuse de la Croix de Migné-Auxances

Le 17 décembre 1826, dans le Diocèse de Poitiers, France

17 décembre 1826. Un événement extraordinaire met en émoi la petite commune de Migné. La population du village et des environs s’est réunie pour la plantation d’une croix de mission. Alors que l’assemblée écoute le discours du prédicateur, une croix mystérieuse apparait dans le ciel. Contrairement à la croix qu’on vient de dresser, celle-ci est très grande, régulière, lumineuse et couchée. Elle reste ainsi une bonne demi-heure, orientée d’est en ouest, étendue par-dessus la foule, rassemblée devant l’église.

Les autorités civiles et religieuses sont alertées. Une commission d’enquête chargée de vérifier les faits est mise en place. La publication des conclusions de cette commission, qui confirment le fait, et la diffusion de lithographies représentant le miracle déclenchent une polémique nationale diffusée par les médias de l’époque: presse, brochures et livres. Les tenants de l’Eglise et du Concordat y voient une approbation divine, les anti-Concordataires dénoncent le coup monté et les libres-penseurs tournent en dérision les gens de Migné qu’ils traitent de paysans arriérés et crédules. Mais peu à peu d’autres préoccupations font la une de l’actualité et les médias abandonnent l’affaire de Migné.

L’apparition n’en est pas oubliée pour autant. Dans un mandement officiel l’évêque de Poitiers, monseigneur de Bouillé la déclare miraculeuse. Il fait agrandir l’église en forme de croix et la réoriente vers l’ouest, dans le sens de la croix de l’apparition. Sur la stèle de Mgr de Bouillé dans la cathédrale de Poitiers, un bas-relief illustre tout à la fois l’apparition et la reconstruction de l’église. Cette église reste le mémorial essentiel de l’événement. A l’intérieur, une grande croix recouverte de cuivre est fixée à la voûte du transept, à l’endroit exact de l’apparition. Un tableau dans la nef et le vitrail du transept de gauche représentent l’événement. Une inscription gravée au-dessus de l’entrée de l’église et une autre dans le transept, rappellent aussi ce fait exceptionnel. Même à Paris, il est possible de se remémorer ce miracle. Dans la basilique du Sacré-Cœur à Montmartre, la première chapelle de gauche est consacrée à sainte Radegonde, patronne de Poitiers. L’autel fut construit aux frais de la Comtesse de Beauchamp de St Julien l’Ars en mémoire de sa belle-fille brûlée vive dans la catastrophe de l’incendie du bazar de la charité à Paris le 4 mai 1897. Il comprend deux bas-reliefs: Celui de gauche retrace l’arrivée à Sigon (quartier de Migné) en 569 de l’évêque de Tours apportant à sainte Radegonde un fragment de la croix du Christ offert par l’empereur de Constantinople. Le bas-relief de droite représente le miracle de l’apparition de la croix lumineuse le 17 décembre 1826.

Les dépendances olivètaines du prieuré fontevriste de la Madeleine-lez-Orléan

Publié le Mis à jour le

« Les dépendances olivètaines du prieuré fontevriste de la Madeleine-lez-Orléans » Parc du Château de la Fontaine, 21 septembre 2019-22 septembre 2019, Parc du Château de la Fontaine .

« Les dépendances olivétaines du prieuré fontevriste de la Madeline-lez-Orléans » du samedi 21 septembre au dimanche 22 septembre à Parc du Château de la Fontaine
Une exposition commentée présente les dépendances du prieuré de l’ordre de Fontevraud, à proximité du château de la Fontaine dont l’histoire est également rappelée. Une visite du parc du château, aux arbres plus que centenaires, complète cette évocation d’un passé oublié.

Visites commentées par l’Association « A la Recherche du Passé d’Olivet » et visites guidées du parc par les propriétaires.
Visite commentée de l’exposition et du parc.

« Les dépendances olivetaines du prieuré fontevriste de la Madeline-lez-Orléans » Parc du Château de la Fontaine

NDLRB. Vous   pouvez aussi consulter l’article de Françoise Absolu  » A Olivet, un sanctuaire fontevriste oublié: Saint-Junien sur Loiret « in  Bulletin de  l’Association des prieurés fontevristes. N° 10 . Juin 2018 p. 19 à 36.

 

 

Messe annuelle de Saint-Loup à Limoges le 19 mai 2019 en l’église Saint-Michel des Lions

Publié le Mis à jour le

La Messe  annuelle d’hommage à  St LOUP,  évêque de Limoges, Saint Patron, notamment,  d’un certain nombre de Limousins

sera  célébrée  le dimanche 19 MAI 2019 à 11h15 en l’Eglise  St Michel des Lions à Limoges où  il repose.
Conformément à une tradition pluri-séculaire Il sera possible de  procéder à la Vénération de la Relique après  la Messe
à l’entrée de sa chapelle funéraire sise  à droite en regardant l’autel-tombeau de Saint-Martial.
Nous  sommes heureux d’inviter tous les lecteurs de  ce  blog à assister où à s’unir  d’intention au Saint Sacrifice de la Messe
qui sera célébré en ce jour en ce lieu.
L’image d’illustration  de ce post représente une écharpe de confrère de Saint Loup et épinglette de boutonnière, le tout aux couleurs de la
Confrérie, d’argent et d’or … qui se trouvent par ailleurs être également les  couleurs de la Principauté du Vatican.

Lorsque l’église Saint-Michel des Lions de Limoges met à l’honneur saint Loup

Publié le

IMG_0357
Devant l’autel tombeau du Saint-Patron de notre Confrérie, un panneau présente la notice dont il vous est donné une reproduction ci-dessous.

IMG_0358 2
Merci au Pére Christian Vignéras , à l’époque curé en charge de l’église Saint MIchel, pour avoir pris l’initiative de mettre en valeur les reliques des saints LImousins abrités dans  » son » église.

IMG_1249 3
Nous ne sommes pas jaloux . L’église Saint-Michel met également à l’honneur saint Martial, Saint Léonard et Sainte Valérie.

Ancienne disposition du choeur de l’église Saint-Michel des Lions à Lmoges

Publié le Mis à jour le

[Limoges. Eglise de Saint-Michel-des-Lions. Le maître-autel et le retable. Ostensions de 1862]. – Photographie noir et blanc, 9 X 6 cm collée sur support cartonné 10 X 7 cm. – Cliché. S. Martin, Limoges. 1862.

2e moitié du XIXe siècle

Photographie

[Limoges. Eglise de Saint-Michel-des-Lions. Le maître-autel et le retable. Ostensions de 1862]. – Photographie noir et blanc, 9 X 6 cm collée sur support cartonné 10 X 7 cm. – Cliché. S. Martin, Limoges. 1862.

2e moitié du XIXe siècle

Photographie

Voici la photo, récupérée sur l’iconothèque des archives : http://archives.haute-vienne.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YTo3OntzOjQ6ImRhdGUiO3M6MTA6IjIwMTgtMTEtMTkiO3M6MTA6InR5cGVfZm9uZHMiO3M6MTE6ImFya29fc2VyaWVsIjtzOjQ6InJlZjEiO2k6MTE7czo0OiJyZWYyIjtpOjE3MTA5O3M6MjA6InJlZl9hcmtfZmFjZXR0ZV9jb25mIjtzOjExOiJpY29ub3RoZXF1ZSI7czoxNjoidmlzaW9ubmV1c2VfaHRtbCI7YjoxO3M6MjE6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWxfbW9kZSI7czo0OiJwcm9kIjt9#uielem_move=0%2C0&uielem_islocked=0&uielem_zoom=37

NDLRB . Le reliquaire de droite en regardant le maître-autel est  celui de Saint-Loup.

Au cas  où ce lien ne s’activerait pas , collez le dans la fenêtre de votre navigateur  et  suivez les instructions données.