Saint Suaire de Turin

Le père Nénert était l’un des curés de Stan; un lycéen s’en souvient.

Publié le Mis à jour le

Le père Nénert

Le père Nénert était l’un des curés de Stan. Il m’aimait bien, car il venait de Limoges*, et s’était très bien entendu avec mon oncle Philippe lorsque celui-ci était prof de français à Stan, quelques années auparavant.

C’était un type assez vieux, au visage rouge. On le disait alcoolique. Il était très gentil, plutôt souriant. Il faisait partie des prêtres qu’on voyait régulièrement remonter la rue du Montparnasse puis traverser le boulevard pour se diriger vers la rue de la Gaieté, où, à l’époque, on ne trouvait que des sex-shops, des prostituées et des théâtres. D’ailleurs, dans mon souvenir, les prostituées « descendaient » jusqu’à la partie de la rue du Montparnasse qui est au dessus du boulevard.

Moi ça me le rendait plutôt sympathique. Les autres prêtres n’étaient vraiment pas drôles.

Je me souviens d’une année où c’est lui qui était chargé de nous donner les cours de catéchisme. Il a passé un trimestre entier à nous apporter les preuves de l’authenticité du suaire de Turin. Puis un jour il nous a demandé une analyse de texte comparant les quatre évangiles sur le passage où Pierre renie Jésus trois fois. J’ai bossé comme un dingue. J’ai eu 18.

http://fredbook.fredreillier.com/2015/05/le-pere-nenert/

Au CM2, je venais d’arriver à Paris, je débarquais de Limoges, où j’avais passé trois ans, à l’école des Soeurs de la rivière ( NDLRB . Peut-être l’école Sainte jeanne d’Arc ?)  . J’avais encore un reste de foi grâce à notre curé de Limoges que j’aimais bien parce qu’il jouait de la guitare en chantant. http://fredbook.fredreillier.com/2015/04/les-intervenants-de-cours-de-catechisme-a-stan/

Publicités